Santé et sécurité au travail, d'hier à aujourd'hui

 

La prise en compte de la sécurité au travail dans les sociétés modernes remontent au début du XXe siècle. La sécurité est comprise alors comme une affaire individuelle.

 

La sécurité va devenir d'autant plus une affaire collective que des réglementations vont être érigées pour encadrer les entreprises qui ne l'avaient jusque-là pas prise en compte. Des obligations pour l'employeur vont ainsi apparaître tout au long du XXe siècle, jusqu'à constituer un arsenal réglementaire extrêmement riche, généralement vécu par les entreprises comme une contrainte.

 

La fin des années 70 et le début des années 80 vont marquer tragiquement le sectuer industriel modial : la succession des accidents industriels éveille la conscience du législateur, des populations et des industriels.

 

Des incidents comme l'incendie des usines PROTEX à TOURS ou encore SANDOZ à BALE vont mettre à jour les conséquences d'un accident indstriel, à la fois pour l'industriel et les salariés, mais aussi pour le voisinage et la société en général.

 

Ces évènements auront des conséquenes sur les plans réglementaires, avec les études de dangers, les plans d'opérations internes, mais aussi sur la volonté et l'intérêt des entreprises à manager de façon plus étroite le domaine de la sécurité.

 

Tout ne s'est pas fait du jour au lendemain...

 

Pour comprendre les raisons de l'apparition des approches de management de la sécurité, il est important de se rappeler la stuation des entreprises au cours des années 80.

 

pendant trente ans et plus, l'entreprise n'a connu pour ainsi dire que le "tout pour la production" pour faire face à la demande de masse, attendu par la "société de consommation".

La sécurité est un conséquence qui, nien qu'acceptée, est peçue comme une fatalité, le prix à payer pour assurer toute la production attendue sur le marché.

 

En parrallèle, des entrepreneurs issus du monde industriel s'interrogent sur cette situation, et vont même jusqu'à la remettre en question.

 

Les entreprises se mobilisent alors pour échanger sur leurs pratiques en matière de sécurité, et commencent ainsi à se constituer des listes de ce que doit faire une entreprise pour se préserver des risques et maîtriser la sécurité. Ces inventaires portent aussi bien sur les éxigences réglementaires que sur les domaines techniques, organisationnels et humains. Ces listes de bonnes pratiques de management de la sécurité sont les précurseurs des systèmes de management de la sécurité que nous connaissons aujourd'hui.

 

Les années 90...

 

Ces nouvelles approches s'intègrent pleinement dans cette période marquée également sur le plan économique. L'entreprise doit faire face à de nouvelles réalités : produire pour satisfaire à la demande du marché ne suffit plus, il faut produire moins cher ! et qui plus est pour des marchés plus segmentés dont les attentes sont de plus en plus spécifiques pour pouvoir se différencier!

 

L'entreprise doit donc pouvoir mieux fabriquer, avec moins de ressources et sans gaspiller(pour être moins cher bien sûr !). Cette nouvelle donne génère des tendances fortes dans le secteur industriel : La réduction des effectifs se gééralise, les programme d'externalisation liés aux stratégies de recentrage des activités de l'entreprise se multiplient.

l'accès est mis sur l'optimisation des modes d'organsiation et de fonctionnement.

 

En parrallèle à cela, l'entreprise doit éviter les dérapages non controlés et provoqués par une recherche effrénée de la performance économique, dérapages susceptibles de mettre en péril sa pérénnité.

Avec les logiques de réduction des effectifs se pose de façon encore plus pointue la question de la gestion des compétences et du professionnalisme.

Et enfin, avec l'optimisation des processus de travail, c'est la maîtrise des activités critiques qui est apparue.

 

Dans ce contexte, l'entyreprise doit aujourd'hui s'assurer et démontrer à la société que son organisation s'inscrit dans un cadre précis qui permet d'accroître la performance économique de façon responsable., c'est à dire en veillant à la gestion adéquate de son patrimoine, de ses ressources humaines, de ses ressources naturelles compte tenu des interêts généraux de la société.

 

Quid de la sécurité?

 

Aujourd'hui cette responsabilité ne peut omettre la question de la santé du personnel au travail.

 

Le management de la santé et de la sécurité au travail constitue une démarche dominante dès à présent et pour les années à venir, sans laquelle une entreprise ne peut et ne pourra se maintenir à son juste équilibre entre performance, respect de la vie d'autrui et de l'environnement pour les générations futures, ce qui pose alors véritablement la question de sa pérennité.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© 2016 PROVEIS S.A.S